Modèle de la Méthode Ka

Voici maintenant présenté le modèle de management par la Méthode Ka (principe de l’apprentissage).

Description :

La première étape du management du Ka (projet d’affaires) est la structuration. En effet, à partir d’un capital et des capacités de départ, l’acteur économique (selon son stade) détermine l’envergure du projet qu’il va mettre en place pour générer un certain profit et créer une certaine valeur pour avancer le cycle d’apprentissage de son Ka en spirale (amélioration de la situation de départ). Il faut voir l’envergure du projet comme une estimation des gains à réaliser.

Puis il construit le plan de son projet qui définit les éléments pour atteindre un niveau de revenu au minimum équivalent au capital de départ et conforme aux objectifs de l’envergure fixée. Il se positionne.

L’acteur économique fait ensuite son lancement t engage les premiers efforts de promotion et de charisme. Il en profite pour adapter son plan de projet avec l’expérience du terrain et à l’accueil de la communauté. C’est la consolidation. Nous choisissons rappelons-le de ne pas mettre l’accent sur la satisfaction excessive des besoins de la demande mais sur l’attrait de l’offre au sein du patrimoine de la communauté (demande) avec le produit ou le service mis en œuvre dans le Ka :

 Chaque projet (Homme portant) est important. Sur la base des premières réactions de la communauté (opposition comprise), l’étape suivante est d’appliquer la stratégie dynamique, qui tient d’une loi, pour renforcer la valeur perçue de son produit ou service en créant un flux d’information qui va alimenter sa promotion et faciliter la conversion de nouveaux clients à des stades ultérieurs.

A l’issue du cycle, année fiscale ou durée du projet, le solde est fait à partir du Revenu et de la Dépense. Le flux monétaire net après investissement dans la promotion est réparti entre les parties prenantes du projet selon leur contribution. Enfin chaque acteur impliqué répartit sa part entre son patrimoine, son usage personnel et un réinvestissement dans le projet pour servir de capital de départ à la définition de l’envergure d’un autre projet (vers un stade différent pour le Ka dans le cycle si la correspondance du profil est avérée)

Ce modèle est reproductible indéfiniment pour créer les deux extrants : patrimoine et fierté dans une idée de spirale (fibonacci).

Le Ka se développe et s’accomplit selon la mission (destinée) que lui ont voulue ses initiateurs.

Saisissez bien les nuances avec ce qui se fait habituellement dans le monde des affaires. Il s’agit bien de nuances dont la portée au niveau des populations cibles (communautés ethniques) peut avoir un impact significatif. Bien que le langage ici soit le plus précis possible, il appelle une vulgarisation une fois les fondements saisis par ceux qui adhèrent à l’idée d’une économie de communauté en marge au sein de l’économie mondiale. Ils pourront s’ils le souhaitent poursuivre le développement et le déploiement de la Méthode Ka. Chacun peut puiser dans son bassin culturel pour enrichir son action.