Le Vent et la Mer

Dans une contrée lointaine, on raconte que le Vent était tombé amoureux d’une Mer stable. Il passait ses jours à sillonner ses eaux en lui racontant des vers. Il négligeait ce faisant d’apporter de l’air frais et des nuages à la Terre qui suffoquait. La Mer voulait s’unir au vent mais leur amour se heurtait à l’impossibilité d’une union physique tant leur nature était différente.

Le Vent se confia au Désert le sage morceau de terre qui passait ses journées à méditer en silence, seul au soleil. Le Désert l’écouta et lui dit : « si les mains ne peuvent façonner l’eau, c’est pour que l’argile puisse se rendre utile en donnant une image au rêve de l’Artiste ». Le Désert lui dit encore ceci : « Accepte d’épouser la Terre que tu méprises pour mieux t’unir à la Mer de tes désirs »

Le Vent avait longtemps craint les obstacles terrestres car ils le limitaient dans son ivresse de célérité. Il accepta de se sacrifier et osa à nouveau s’engouffrer dans la Terre pour la parcourir. Un jour qu’il peinait à contourner une imposante montagne il vit un cratère et voulut s’y reposer. Il fut happé par la dépression et se retrouva au cœur de Terre. Il chercha son chemin pendant des jours dans un dédale de galeries et commençait à suffoquer par le manque de mouvement et d’espace. Dans son agonie, il aperçut une faible lueur dans la voute de la grotte qui le retenait prisonnier. Il rassembla toutes ses forces et fonça vers ce dernier espoir.  

On raconte que depuis ce jour, les eaux de la mer sont devenues vives, parcourues par mille bouillonnements ressemblant à des frémissements d’amours et ponctués ça et là par des colonnes d’eau ascendantes. Des geysers et des tourbillons d’une rare beauté qui émerveillent Terre Ciel et Mer.

Si un jour vous traversez les eaux de cette mer peut être entendrez-vous les chuchotements d’un couple dans sa félicité, une Mer et un Vent unis par une Terre d’épreuves.